Capsules linguistiques

Quelquefois, quelques fois

Choisissez, selon le contexte, la bonne orthographe.

J’ai tenté [quelquefois, quelques fois] de lui parler, mais chacune de mes tentatives a été vaine. Je me demande [quelquefois, quelques fois] s’il ne préférerait pas se débrouiller seul.

[non datée]

Réponse

J’ai tenté quelques fois de lui parler, mais chacune de mes tentatives a été vaine. Je me demande quelquefois s’il ne préférerait pas se débrouiller seul.

À retenir

Dans le sens de « plusieurs fois »

Les mots quelques fois sont composés du déterminant indéfini (adjectif indéfini) quelques et du nom fois. Cette expression a le sens « d’un certain nombre de fois » ou « de plusieurs fois ». Ainsi, on aurait pu écrire :

« J’ai tenté plusieurs fois de lui parler... »

Dans le sens de « parfois »

Le mot quelquefois est adverbe et a le sens de « parfois » ou « de temps en temps ». Cet adverbe s’écrit toujours en un seul mot. Ainsi, on aurait pu écrire :

« Je me demande parfois s’il ne préférerait... »

Selon le sens, dans le contexte

Il y a donc une nuance de sens entre ces deux homophones, mais, dans certains cas, il est difficile de choisir entre les deux.

Je la rencontre quelquefois/quelques fois pendant les vacances.
Je la rencontre parfois/plusieurs fois pendant les vacances.

Dans ces cas plus complexes, c’est évidemment l’intention de l’auteur qui compte. En effet, si l’auteur veut insister sur la pluralité, au sens d’« un certain nombre de fois », il écrira quelques fois et, s’il veut insister sur le côté occasionnel, au sens de « parfois », il écrira quelquefois.

C’est donc quelquefois au lecteur qu’incombe la responsabilité de bien décoder le message... Heureusement, une phrase est rarement seule et c’est donc le plus souvent le contexte qui nous renseigne sur le sens à donner à un énoncé.

Sources 

GREVISSE, Maurice (1993). Le bon usage, 13e éd. rev. et corr., éd. refond. par André Goosse, Paris/Louvain-la-Neuve, Duculot, xxxvii-1762 p.

HANSE, Joseph et Daniel BLAMPAIN (2000). Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, 4e éd., Bruxelles, Duculot, 649 p.

Index des capsules

© Centre de communication écrite, 2010. Communiquez avec nous.