Boite à outils

Verbes employés au Québec

 

Parmi les verbes suivants, tous employés couramment au Québec dans la langue familière, un seul fait aussi partie de l’usage des autres francophones. De quel mot s’agit-il?

  1. déparler
  2. écornifler
  3. emberlificoter
  4. gruger, au sens de « ronger »

9 février 2004

Réponse

Le verbe C. emberlificoter n’est pas considéré comme vieilli ni comme régional par les autres francophones. Les trois autres verbes de la liste sont sortis de l’usage dans l’ensemble de la francophonie, sauf au Québec.

À retenir

Emberlificoter

De niveau familier, le verbe emberlificoter est utilisé par l’ensemble des francophones au sens d’« empêtrer » ou, au figuré, au sens d’« embrouiller quelqu’un pour le tromper ».

Il s’est laissé emberlificoter par ce vendeur.

Les autres verbes : des québécismes

Un québécisme est « un mot ou une expression propre au français du Québec ».

1. Déparler

Employé au Québec dans la langue familière, le verbe déparler signifie « divaguer ». Il est vieilli pour les autres francophones.

Cette nuit, Catherine a déparlé durant son sommeil.

2. Écornifler

Auparavant, le verbe écornifler s’employait dans la langue familière par l’ensemble des francophones au sens de « se procurer ça et là au dépens d’autrui (une aubaine, de l’argent, un bon repas, etc.) ». Ce verbe est encore utilisé au Québec, dans la langue familière, mais au sens de « regarder avec curiosité, chercher à entendre ce qui ne nous concerne pas ».

Vas-tu cesser d’écornifler ta grande sœur?

3. Gruger

Au sens de « voler, duper quelqu’un », le verbe gruger est toujours vivant dans l’ensemble de la francophonie, dans la langue littéraire. Cependant, au sens de « briser avec les dents » ou de « grignoter », ce verbe est employé seulement au Québec, dans la langue familière.

Théo gruge sa côtelette comme s’il n’avait pas mangé depuis trois jours.

Les québécismes ne sont pas tous de niveau familier. De nombreux mots propres au français québécois sont de niveau neutre et s’emploient dans tous les contextes : achalandage, garde-robe, etc. Les québécismes ne sont pas tous issus du fonds français. Certains sont des créations québécoises (aluminerie, cégépien, pourvoirie, etc.), d’autres constituent des emprunts nécessaires à d’autres langues (achigan, registraire, taboulé, etc.).

Sources

VILLERS, Marie-Éva de (2003). Multidictionnaire de la langue française, 4e éd., Montréal, Québec/Amérique, xxv-1542 p.

Le nouveau Petit Robert. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française (2006), 40e édition, nouvelle éd. refondue, texte rem. et ampl. sous la dir. de Josette Rey-Debove et d'Alain Rey, Paris, Dictionnaire Le Robert, xlii-2837 p.

Index des capsules

© Centre de communication écrite. Communiquez avec nous.