Boite à outils

Supporter / Support

 

Dans certaines des phrases suivantes, l’emploi du mot souligné est un anglicisme. Quelles sont ces phrases et comment peut-on les corriger?

  1. Je ne peux plus supporter son attitude désagréable.
  2. Malheureusement, si la direction refuse de nous supporter, on n’y arrivera pas.
  3. Depuis le décès de son conjoint, elle est le seul support de la famille. Seule, elle ne pourra pas supporter une famille de quatre enfants!
  4. Ta chambre est une véritable région sinistrée! Range au moins tes vêtements sur des supports!
  5. Les nouvelles plateformes ne supportent pas les anciens traitements de texte. De plus, comme supports d’information, les disquettes sont maintenant obsolètes.

26 octobre 2012

Réponse

Phrase 2

Malheureusement, si la direction refuse de nous appuyer (ou financer, selon le cas), on n’y arrivera pas.

Phrase 3

Depuis le décès de son conjoint, elle est le seul soutien de sa famille. Seule, elle ne pourra pas subvenir aux besoins d’une famille de quatre enfants!

Phrase 4

Ta chambre est une véritable région sinistrée! Range au moins tes vêtements sur des cintres!

À retenir

Supporter signifie « porter un poids, une charge », au propre comme au figuré.

Cette étagère n’est pas un peu fragile pour supporter tous ces livres?
Il devra supporter les conséquences de son geste malheureux.

 


Ce verbe peut aussi signifier « tolérer, endurer », comme dans la phrase 1, ou encore, et on comprend que ce sens ne remonte pas plus loin qu’à la fin du XXe siècle, « permettre le fonctionnement d’un logiciel », comme dans la phrase 5.

Son emploi au sens de « appuyer, financer » (phrase 2), est un anglicisme (to support a candidate). Cet anglicisme a fait son chemin dans la langue sportive, qui utilise parfois le substantif supporter (ou même supporteur) plutôt que « partisan », mais cet emploi est critiqué.

La grève dans le hockey exaspère les * supporters (partisans) des équipes locales. 

 


Le substantif support a le même sens que le verbe supporter, et ne peut être employé pour signifier « personne responsable de subvenir aux besoins de », comme dans la phrase 3.  

Pour désigner l’objet sur lequel suspendre des vêtements (phrase 4), il doit être remplacé par cintre.

Support est cependant employé, depuis le XVIIIe siècle, pour désigner « un substrat matériel, notamment dans les arts graphiques », d’où les extensions modernes en support publicitaire et support d’information (phrase 5).

Note d'histoire

Selon le dictionnaire historique, le verbe supporter a eu, au XIIe siècle, le sens d’« appuyer quelqu’un » et même de « subvenir à ses besoins ». Ces emplois ont disparu vers le XVIe siècle, et c’est par l’anglais que le sens d’« encourager (une équipe sportive) » est revenu en français. Il y aurait peut-être lieu de se demander si les emplois des phrases 2 et 3, que l’on entend au Québec, sont réellement des calques de l’anglais, ou s’ils pourraient être une survivance du français d’origine consolidée sous l’influence de l’anglais.

Sources

CHOUINARD, Camil (2001). 1300 pièges du français parlé et écrit au Québec et au Canada, Montréal, Libre expression, 315 p. 

OFFICE QUÉBÉCOIS DE LA LANGUE FRANÇAISE, Banque de dépannage linguistique, [En ligne], [http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?t1=1&id=2531], (date de consultation : 10 octobre 2012).

REY, Alain (dir.) (1998). Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, xvi-1381 p. (t.1), 2909 p. (t. 2), 4304 p. (t. 3).

VILLERS, Marie-Èva de (2009). Multidictionnaire de la langue française, 5e éd., Montréal, Québec/Amérique, xxvi-1707 p.

Index des capsules

© Centre de communication écrite. Communiquez avec nous.