Boite à outils

Verbes avec préposition et complément infinitif

 

Dans les phrases suivantes, est-ce que le complément infinitif doit se construire avec à, de, ou sans préposition?

  1. Le professeur a consenti [à, de, …] le prendre comme assistant.
  2. La direction n’a pas daigné [à, de, …] donner suite à cette demande.
  3. Je me rappelle [à, de, …] l’avoir vu.
  4. On a tout tenté pour le dissuader [à, de, …] se lancer dans ce projet ridicule.
  5. Avez-vous commencé [à, de, …] rédiger la version définitive de votre mémoire?
  6. Nous envisageons de plus en plus sérieusement [à, de, …] changer de quartier.
  7. Comment les persuader [à, de, …] se mettre au travail?
  8. On les a habitués très tôt [à, de, …] développer leur sens critique.
  9. Il s’obstine [à, de, …] éviter cette question pourtant importante.
  10. Dans ses rêves les plus fous, elle s’imaginait [à, de, …] vivre loin de tout.

août 2012

Réponse

  1. Le professeur a consenti à le prendre comme assistant.
  2. La direction n’a pas daigné donner suite à cette demande.
  3. Je me rappelle (de) l’avoir vu.
  4. On a tout tenté pour le dissuader de se lancer dans ce projet ridicule.
  5. Avez-vous commencé à rédiger la version définitive de votre mémoire?
  6. Nous envisageons de plus en plus sérieusement de changer de quartier.
  7. Comment les persuader de se mettre au travail?
  8. On les a habitués très tôt à développer leur sens critique.
  9. Il s’obstine à éviter cette question pourtant importante.
  10. Dans ses rêves les plus fous, elle s’imaginait vivre loin de tout.

À retenir

Le choix de la préposition qui doit introduire un complément à l’infinitif a varié dans l’histoire du français. Un coup d’œil à des ouvrages spécialisés comme Le bon usage, qui évoque les usages en vigueur dans les siècles antérieurs, suffit pour s’en convaincre. Plus d’une construction est parfois possible. L’usage actuel a toutefois consacré certains emplois pour en rejeter d’autres :

Se construisent avec à les compléments infinitifs des verbes aider, s’amuser, s’astreindre, commencer, consentir,  encourager, enseigner, habituer, renoncer, s’obstiner, etc.

Se construisent avec de les compléments infinitifs des verbes craindre, dissuader, douter, envisager, ordonner, proposer, regretter, rêver, se souvenir, suggérer, etc.

Se construisent sans préposition les compléments infinitifs des verbes daigner, déclarer, détester, laisser, préférer, reconnaître, s’imaginer, voir, etc.

Attention

Le verbe se rappeler se construit sans préposition lorsqu’il est suivi d’un nom :

 

Il se rappelle son père.

Lorsque se rappeler a pour complément un pronom ou un infinitif, certains grammairiens recommandent la construction avec de, alors que d’autres la rejettent et la considèrent comme vieillie et incorrecte :

 

Paul était à l’atelier hier, je m’en rappelle très bien [de cela]!
Paul était à l'atelier hier, je me le rappelle très bien!

Je me rappelle très bien d’avoir vu Paul hier.
Je me rappelle très bien avoir vu Paul hier.

Sources

GIRODET, Jean (1997). Dictionnaire Bordas des pièges et difficultés de la langue française, Paris, Larousse-Bordas, 896 p.

GREVISSE, Maurice et André GOOSSE (2008). Le bon usage, 14e éd., Bruxelles, De Boeck & Larcier,  1600 p. 

ROULEAU, Maurice (2002). Est-ce à, de, en, par, pour, sur ou avec ? La préposition vue par un praticien, Brossard (Québec), Linguatech, xiii-272 p. 

VILLERS, Marie-Èva de (2009). Multidictionnaire de la langue française, 5e éd., Montréal, Québec/Amérique, xxvi-1707 p.

Index des capsules

© Centre de communication écrite. Communiquez avec nous.